jeudi 7 mai 2009

Un copilote, ça sert à quoi ?

Voilà un mois que je m'éclate comme un petit fou à sillonner les aéroports d'Europe avec toujours ces yeux de gosse au moment de pénétrer dans le cockpit.
Le line check (voir article précédent) m'attend demain, en espérant que tout se passe bien.

J'aimerais ici revenir sur une question qui m'a été posées à plusieurs reprises : un copilote, ça sert à quoi ?

Co-pilote... Le bras droit du pilote... celui qui regarde et qui attend que ça se passe...
Bon nombre de personnes n'ayant pas particulièrement d'attrait pour l'aviation se représente le copilote comme une aide au pilote, une espèce d'accessoire qu'on met à la disposition du Capitaine le temps que celui-ci lise son journal en croisière.
Fort heureusement, les activités des copi (aussi appelés OPL - Officiers pilotes de ligne - ou FO en anglais - First Officers) sont un peu plus variées et utiles au bon déroulement d'un vol.

Il faut tout d'abord savoir qu'au delà d'un certain nombre de passagers payants, il est nécessaire d'avoir 2 pilotes aux contrôles. La raison initiale, toute bête, était de pouvoir poser l'avion même si un des 2 pilotes tombait dans les vappes. Puis, les machines devenant de plus en plus complexes, les compagnies ont développé des systèmes permettant d'optimiser les ressources humaines à disposition. Le CRM (crew ressource management) était né. Avec le CRM, les SOP des compagnies (Standard Operating Procedures) allouent à chaque pilote une tâche particulière.

Aujourd'hui, les tâches d'un capitaine et d'un copilote sont les mêmes. Lorsque l'un pilote l'avion, l'autre s'occupe de la radio et d'autres tâches (monitorer le fuel, monitorer les actions de l'autre, etc...). Les rôles sont ensuite généralement inversés au retour, sauf cas particulier. Mais souvent le copi et le capitaine font le même nombre de décollages et d'atterrissages.

Le Capitaine a, cependant, une responsabilité bien plus lourde que le copilote. En effet, il est responsable de son équipage et de ses passagers. En d'autres termes, il doit s'assurer, à tout moment, que son équipage n'excède pas la limite réglementaire d'heures de travail, et que son avion respecte les règles en vigueur. Enfin, il a la responsabilité des "grandes manoeuvres", comme annuler un décollage ou entamer une descente d'urgence.

Voilà qui est dit. Si vous avez des précisions supplémentaires, n'hésitez pas à laisser un commentaire, ça pourrait lancer un débat sympathique ^^

Pour finir, quelques photos, comme d'habitude, prise lors de mes derniers vols.
A bientôt !

3 commentaires:

Marc a dit…

Toujours aussi agréable d'avoir au jour le jour de tes nouvelles ..
Surtout quand on est cloué au sol a réviser des exams et que les sélections CTC approchent a grands pas ...
Tu te poses parfois a Bristol?

Petite précision concernant les FO, ce sont eux qui lisent les journaux, qui font des photos ou montrent au pax en jumpseat completement hypnotisé leur Pitts privé sur leur laptop, tout en buvant un café soit-disant dégueulasse ... (je dois peut-etre confondre avec les ex Cadets AF / EPL ...). Well, un jumpseat EZY pourait m'amener a une réponse un peu plus constructive ! ^^

Bons vols et bonne chance pour le line check.

Marc (golfcharlie232)

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je viens de dévorer ton blog EN ENTIER depuis le début. Très intéressant pour un passionné. Au moins tu as eu le courage de tenter ce dont beaucoup ont toujours rêvé. Félicitations. Te voila dans le plus beau et plus haut bureau du monde....

Un nouveau pilote pour les cockpistons mêmes si les anglais n'aiment pas ça. A bientôt...

Yannick

Nil a dit…

Merci pour ces précisions, il est vrai que le rôle du copilote est méconnu. il me semble aussi que le copilote sert aussi corriger les eventuelles erreurs du commandant (exemple Flash Airlines - Boeing 737-3Q8 Sharm el-Sheikh, Egypte
03 Janvier 2004)